Jérôme Burdet

Focus sur le vignoble de Savoie

Focus sur le vignoble de Savoie
Réduire la taille de la police Augmenter la taille de la police Taille du texte Imprimer cette page

En pleine époque de vendanges, un petit éclairage sur le vignoble de Savoie qui ne cesse de progresser sur le terrain de la qualité

Un petit tour du vignoble de Savoie

Le vignoble de Savoie côté raisins
Ces vins restent souvent méconnus même s’ils se trouvent dans une région célèbre pour la glisse et le ski. Les vins de Savoie offrent plusieurs particularités. Sans surprise, c’est un des vignobles les plus hauts de France (entre 250 et 450 m d’altitude), sous influences des montagnes. La majorité de la production se vinifie en blanc (70%), en rouge (20%), avec un peu de rosé (5%) et des bulles, des crémants (5%). Dernier atout, la Savoie est une pépinière viticole qui fournit 25 à 30 millions de plants de vignes tant en France qu’à l’étranger.

Le vignoble savoyard se disperse sur une vingtaine d’îlots pour 2.200 ha et il est riche de plus de 20 cépages. Donc, malgré une petite surface et des productions limitées – 0,55% des AOP (appellations d’origine contrôlée) de France, la Savoie avance trois appellations : vin de Savoie, AOP Roussette de Savoie et AOP Seyssel (cépage Altesse). Dans les cépages, sept sont uniques au monde,  dont la Jacquère (vins d’Apremont), les Mondeuses, l’Altesse, le Persan, le Gringet, la Molette. A ceux-là, il faut rajouter du Chardonnay, du Gamay, du Pinot Noir, de la Roussanne, du Chasselas, etc.

En mosaïque
De fait, la production s’éparpille en mosaïque : sur les rives du lac Léman, dans la vallée de l’Arve en Haute-Savoie, l’avant pays savoyard, et la Combe de Savoie, le vignoble de plus important, à l’est de Chambéry, entre le parc naturel de la Chartreuse et celui des Bauges. C’est là que l’on trouve l’Apremont et les Abymes. Avec une production limitée, les vins de Savoie s’exportent peu. 95 % des ventes sont réalisées en France pour les 16 millions de bouteilles produites en moyenne par an.

Donc il faut choisir d’aller se balader pour découvrir paysages, vignes et vignerons et déguster sur place. Les vins de Savoie présentent aussi l’avantage d’être à des prix tout à fait abordable (5 à 10 €, de 10 à 15 € pour les vins à base de Roussette  « qui s’accordent bien avec tous les aliments non mariables avec le vin »  souligne Michel Bouche, directeur du Comité inter professionnel des vins de Savoie. Et jusqu’à 20 € pour les plus onéreux. Et face au réchauffement climatique, le comité réfléchit pour « voir si on peut monter les vignes de 50 mètres ».

Une balade à travers les vignes
« Ici, 180 producteurs font de la bouteille,  et il y a  2 coopératives »
précise le directeur. La plus grande exploitation  couvre 60 hectares, la moyenne se situant à 25 ha. Il faut noter aussi que depuis septembre 2015, le Crémant de Savoie est rentrée dans l’appellation, à base de cépages Altesse et Jacquère, « qui lui confèrent une forte identité ». Une quarantaine d’entreprises produisent plus de 4.000 hl sur 56 ha.

Et l’œnotourisme se développe. Tout comme les fêtes autour des vins. La balade gourmande (en juillet ou début aout) entraîne près de 1.500 randonneurs sur des chemins à travers les vignes avec des haltes dégustation, association mets et vins. En juillet 2017, c’était à Apremont. 7 kilomètres, six pauses, avec des plats imaginés par Christophe Aribert (Les Terrasses d’Uriage, 1 étoile au Michelin) et Hervé Thizy, traiteur à Voglans et tous les vignerons et leurs bouteilles en blanc, rouge, rosé et crémants pour le dessert. Il fallait compter 47 € par personne.


Plus d’informations sur vindesavoie.net
__________________________________________________________
Textes et photos : © Pierre Boyer

Cet article vous a plu…
partagez-le
et abonnez vous gratuitement au magazine Exquis en renseignant votre mail ici