Jérôme Burdet

Succès sans appel pour le gastronomique Bus 26

Succès sans appel pour le gastronomique Bus 26
Réduire la taille de la police Augmenter la taille de la police Taille du texte Imprimer cette page

Le succès du Bus 26 se confirme pour leur 3ème saison. Ils sont complets trois mois à l'avance. Il est vrai que leur capacité se limite à 26 places, quatre jours par semaine, les jeudis, vendredis, samedis et dimanches midi et soir.

Embarquement gastronomique immédiat dans le Bus 26

L’idée de départ de Charles et Mélina Moncouyoux : créer un lieu de gastronomie qui se déplace vers une clientèle hors des villes. « Nous nous déplaçons de village en village et nous nous installons pour une dizaine de jours, voire plus. L’idée : aller au-devant des clients. Nous avons fait une mini-étude de marché. 4 000 questionnaires pour savoir si l’idée plaisait et combien les futurs clients étaient prêts à dépenser. Puis nous avons sondé les mairies, voir lesquelles étaient prêtes à nous accueillir. Tout cela a donné un résultat positif », se souvient le chef.

bus 26 auvergne

Le Bus 26 la ligne gourmande de l’Auvergne.

Même si très rapidement, la réalité s’est éloignée de l’idée initiale. « Nous avons beaucoup d’habitués et 10 à 15% qui viennent de très loin pour goûter notre cuisine ». Et il ne reste que « trop rarement » des places pour les locaux. Lors de l’ouverture des réservations pour la nouvelle saison, fin décembre 2016, les trois premiers mois étaient réservés en moins de trois jours ! Alors, quand une table se désiste, ce n’est pas un problème. « Nous contactons les clients sur listes d’attente. Nous avons une clientèle super qualitative, qui sait prendre son temps et peu portée sur le jugement. » raconte Mélina Moncouyoux.

bus 26 auvergne
Journée de 17 heures
Côté cuisine, Charles Moncouyoux  s’appuie sur 2 entrées, un poisson, une viande et deux desserts, déclinés en trois menus (32, 44 et 54 €, plus un menu express le midi à 27 €). « Nous avons choisi le gastronomique, tout est frais, travaillé sur place ou dans notre labo. ».  Car le Bus26 a un port d’attache. Avec ses inconvénients. « Nous rentrons tous les soirs à Châtelguyon, pour les vidanges d’eau usées notamment. Trajets, calage du bus, tout cela peut prendre jusqu’à quatre heures par jour en plus des services proprement dit. D’où des journées de 14 à 17 heures » souligne Charles Moncouyoux. Leur unique employée, Aurélie, s’occupe dans le labo, de l’écaillage des poissons, des fonds de sauce, etc. « Tout le reste est concocté sur place. Avec des produits de saison et locaux ». Quant aux lieux pour poser le Bus26, « nous avons une liste de 58 communes et plus de demandes que nous ne pouvons en honorer. Certaines de Bretagne. Mais nous restons à une heure de route maximum de notre port d’attache. »

Le Bus26 peut servir 26 couverts, les disponibilités sont visibles sur internet mais les réservations passent par le téléphone. « Nous pouvons moduler l’espace en fonction des tablées« , précise Mélina Moncouyoux. « Les lundis sont réservés à la privation pour les entreprises ; les mardis et mercredis au ménage en grand, aux achats et tâches administratives ». Fermeture annuelle de mi-décembre à début mars.

Charles et Mélina Moncouyoux se sont rencontrés chez Régis Marcon ; ils ont aussi travaillé au Haut-Allier, chez Philippe et Michèle Brun, une étoile au michelin. Puis l’envie de se lancer, mais ils ne voulaient d’un restaurant en dur. Ils ont donc osé le bus à étage. Le choix s’est porté sur une occasion bretonne qu’il a fallu déshabiller et relooker, « dont rehausser le toit de l’étage pour que cela devienne une vraie salle de restaurant. » L’investissement s’est élèvé à 480 000 € dont un tiers en apport, le reste en prêt sur sept ans. « La banque n’a pas été facile à trouver. Il y a eu beaucoup de refus. Et nous avions tenté le crowdfunding [financement participatif via internet]. Cela devient un plus face aux banquiers ».


Informations et réservations
Le Bus 26
+33 (0)6 38 52 60 19
lebus26.fr

_____________________________________________________________________
Texte : Pierre Boyer
Photos : ©DR

Cet article vous a plu…
partagez-le
et abonnez vous gratuitement au magazine Exquis en renseignant votre mail ici