Jérôme Burdet

Ninkasi… le cocktail gagnant bières du terroir, burgers, spiritueux et musique

Ninkasi… le cocktail gagnant bières du terroir, burgers, spiritueux et musique
Réduire la taille de la police Augmenter la taille de la police Taille du texte Imprimer cette page

De la bonne bière, des bons burgers et de la bonne musique... Bienvenue chez Ninkasi

Ninkasi, les brasseries qui distillent la joie de vivre

Ninkasi, une brasserie lyonnaise, malgré un nom japonisant s’est lancé dans le whisky. Les premiers, en fût depuis 2015, ont été commercialisés pour Noël dernier – 49,90 € les 50 cl. Le millier de flacons a vite été épuisé. Mais une autre « cuvée » est en cours de commercialisation, le Ninkasi Whisky Experience Track 02 a été distillé en février 2016, élaboré à partir de de 90 % de malt Pilsen et 10 % de malt tourbé. Il a vieilli exclusivement en fûts de vin blanc du Domaine de Louis Chèze (Auvergne-Rhône-Alpes). Impressions de dégustation des producteurs : « à la dégustation nous avons senti des notes de caramel, d’abricot typique au cépage Viognier et un bouquet de fleurs blanches. Une fois le verre vide, le tourbé reste persistant… ».

Ninkasi Bières Burgers et Musique

Devant la distillerie de Tarare, avec le restaurant à burgers en arrière-plan.

Ninkasi, bientôt une nouvelle usine
Le maître distilleur chez Ninkasi est aussi vigneron et brasseur. Alban Perret, grâce à ses connaissances dans le monde du vin, a constitué un chai de fûts de vieillissement d’origines variés : Condrieu, Pouilly-Fuissé, Montagny, etc. « Quand on m’annonce un fût disponible, je fonce, je l’achète. Je le ramène et on le remplit de whisky aussitôt » raconte-t-il. Un deuxième alambic vient de rejoindre l’équipement en place. La maison vise les 2.500 litres par an. Si Ninkasi distille aussi du gin ou des eaux de vie, sa production de base reste la bière. De sa brasserie de Tarare, inaugurée en 2012, il en est sorti 16.000 hectolitres en 2017, 20.000 en 2018. 25.000 hectolitres sont prévus pour 2019. Et les capacités limite de production sont quasiment atteintes : 35.000 hectolitres. Donc Christophe Fargier, le fondateur de Ninkasi, va investir. Toujours à Tarare, pour une unité de production plus importante avec une vraie place pour le stockage des fûts à whiskey. L’enjeu : 100.000 hl, dont 20% iront dans l’alambic. Les travaux sont prévus pour 2021.

Ninkasi Bières Burgers et Musique

Christophe Fargier goute la bière élevée dans un ancien fût à whiskey, avec le brasseur David Hubert.

Bières, burgers et musique, le triptyque gagnant de Ninkasi
Christophe Fargier a lancé Ninkasi en 1997 à Gerland (Lyon). « Je revenais des Etats-Unis où il y avait plein de micro-brasserie. J’ai voulu faire pareil  ». Sans étude de marché, il se lance : burger, musique et bière, fabriquée sur place. L’affaire marche bien et d’autres Ninkasi voient le jour, surtout dans Lyon et ses environs, mais aussi aux Menuires, à Tignieu-Jameyzieu. Ils sont 18 aujourd’hui dont 6 en franchises. Ils sont basés sur le triptyque : des burgers, de la bière et de la musique ; avec un concept précis : des produits à 80% locaux pour la restauration; de la bière élaborée par Ninkasi (40% de la production de la brasserie) et des artistes 100% indépendants, amateurs et locaux pour monter sur les scènes présentes obligatoirement dans les établissements. D’autres ouvertures sont prévues dans les années à venir, mais en franchise, car les disponibilités d’investissement iront en priorité vers la nouvelle usine. Et la marque vise un rayonnement national : via les cafés-bars, la restauration et aussi la grande distribution. Un accord a été trouvé à Monoprix. Dans les cartons, il y  a aussi du cidre à l’horizon 2022, de la bière bio – quand le projet de 3 jeunes de malt bio aura vu le jour -,  et place aux idées hors sentiers battus : par exemple certains anciens fûts qui ont contenu du whiskey reçoivent de la bière qui va vieillir… un peu comme les vins !


Plus d’informations
ninkasi.fr
____________________________________________________________________
Texte et photos : Pierre Boyer

Cet article vous a plu…
partagez-le
et abonnez vous gratuitement au magazine Exquis en renseignant votre mail ici