Jérôme Burdet

L’Abbaye de Talloires à la sauce Le Digol

L’Abbaye de Talloires à la sauce Le Digol
Réduire la taille de la police Augmenter la taille de la police Taille du texte Imprimer cette page

L’histoire de Talloires est intimement liée à celle de la haute gastronomie et ce n’est pas prêt de s’arrêter. Preuve en est, la récente dynamique amorcée à l’Abbaye de Talloires avec l’arrivée en cuisine du chef Christophe Le Digol, le plus Talloirien des Normands

Christophe Le Digol, de Talloires à Talloires

Après la fermeture de l’Auberge du Père Bise (1 étoile Michelin) en novembre 2016, une page se tourne, Christophe Le Digol décide de repartir dans sa Normandie natale avec la volonté d’ouvrir son petit restaurant. Derrière lui, ce sont quasiment vingt années de carrière à l’Auberge du Père Bise qui viennent de s’écouler, du poste de second de cuisine au côté de Sophie Bise au poste de chef à partir de 2013. Bien entendu, comme nombre de ses confères, Christophe le Digol est passé dans de nombreuses maisons, l’Assiette Champenoise à Reims, la Bourride à Caen, Gaudry à Paris, Yves Thuries à Cordes, Pré-Catelan à Paris mais les années passées à l’Auberge du Père Bise et à Talloires marquent durablement sa vie de cuisinier, sa vie d’homme. Début 2018, le destin le rattrape. L’appel de Talloires est plus fort et un nouveau challenge s’offre à lui. Christophe Le Digol est de retour sur les bords du lac d’Annecy aux commandes des cuisines de l’Abbaye de Talloires, la maison voisine de l’Auberge du Père Bise, une nouvelle aventure commence ! Pour écrire le nouveau chapitre culinaire de l’emblématique Abbaye de Talloires, Christophe Le Digol s’entoure de personnes de confiance, la majeure partie de sa brigade étant constituée de ses anciens collaborateurs de l’Auberge du Père Bise, notamment Gauthier Chaffard, le chef pâtissier.

Abbaye de Talloires, Christophe Le Digol
Une priorité, donner du plaisir
Que ce soit pour la table gastronomique, la brasserie, les séminaires ou les mariages, la feuille de route de Christophe Le Digol est de donner du plaisir aux hôtes de l’Abbaye de Talloires avec une cuisine délicate et goûteuse. « Les produits, les jus, les sauces, les assaisonnements… Toutes ces bases qui peuvent paraître classiques pour certains sont très importantes pour moi. C’est le socle de ma cuisine, ma façon de travailler. » Depuis sa prise de fonction début 2018, étape par étape, Christophe Le Digol façonne avec soin la signature culinaire de l’établissement millénaire, avec l’ambition de se faire remarquer par un célèbre guide rouge. Dans cette quête, il peut compter sur ses fournisseurs les plus fidèles, Forent Capretti pêcheur sur le lac d’Annecy, Philippe Héritier pour les escargots, Alain Michel et la Mère Richard pour les fromages, la boucherie Jargot de Faverges pour la viande, Fraises & Basilic pour les fruits et légumes, la maison Masse pour le foie gras et à quelques mètres de la cuisine, le jardin de l’Abbaye qui regorge de petits trésors. «  Je fais au maximum local même si je n’en fais pas une obsession » confie le chef pour qui l’essentiel est de cuisiner les meilleurs produits frais de saison et d’embarquer les clients dans un savoureux voyage.

Abbaye de Talloires, Christophe Le Digol
Christophe Le Digol, du tac au tac
> Votre principal trait de caractère ? Généreux
> Votre pêché mignon ? Les abats
> Le cuisinier qui vous inspire ? Alain Ducasse
> Votre ingrédient préféré? Le beurre
> Votre ustensile de cuisine préféré ? Le couteau
> Le restaurant qui vous a marqué ? Le restaurant Crissier du temps de Philippe Rochat
> Votre plat pour les copains ? La petite oie (un plat typique normand à base des abats de l’oie)
> Si vous n’aviez pas été cuisinier, quel métier auriez-vous fait ? Je me suis déjà posé la question mais je n’ai jamais trouvé la réponse, donc cuisinier.


Informations et réservations
Abbaye de Talloires
Chemin des Moines
74290 Talloires
+33 (0)4 50 60 77 33
abbaye-talloires.com
_____________________________________________________________________
Publi-rédactionnel : Eddy Arnaud
Photos : ©Fou d’images

Cet article vous a plu…
partagez-le
et abonnez vous gratuitement au magazine Exquis en renseignant votre mail ici