Jérôme Burdet

Grésivaudan, la vallée des gourmands

Grésivaudan, la vallée des gourmands
Réduire la taille de la police Augmenter la taille de la police Taille du texte Imprimer cette page

Située entre les massifs de la Chartreuse et de Belledonne et l'air de rien, la vallée du Grésivaudan regorge de savoureuses pépites.

Quand Grésivaudan rime avec gourmands.

Connue et reconnue au-delà de ses frontières pour son dynamisme économique, la vallée du Grésivaudan se fait plus  discrète lorsque l’on aborde le sujet de sa gastronomie… et si le Grésivaudan était bel et bien la vallée des gourmands. À regarder de plus près la géographie de cette contrée, pincée entre la chaîne de Belledonne et le massif de la Chartreuse, on comprend vite que nous avons affaire à un territoire complexe. Baptisée plus beau jardin de France par le roi Louis XII, cette fabuleuse vallée semble être bénie des dieux tant sa nature déborde de richesses.

Une terre de vignes et de vins
Peu de gens le savent mais, dès le XI ème siècle, la vigne régnait en maîtresse sur les coteaux du Grésivaudan, principalement sur la rive droite de l’Isère, des portes de Grenoble à Lumbin. Le nombre important de marchés et d’auberges entre Grenoble et Chambéry assurait aux vignerons d’écouler, à des tarifs avantageux, la totalité de leur production de vin, hormis la partie réservée à leur consommation personnelle. En 1864, le phylloxéra apparaît en France et deux décennies plus tard, la quasi-totalité des cultures viticoles du Grésivaudan est touchée. Implacablement, ce désastre sanitaire redessine les contours des cultures du territoire en effaçant la vigne dans certaines zones, notamment sur la rive gauche. Aujourd’hui, un nouvel élan est amorcé et les vignerons tiennent leur revanche. Parmi eux, Thomas Finot à Bernin, Laurent Fondimare à Saint Vincent de Mercuze, Yves Jean et Jean Michel Reymond à Pontcharra ou encore les frères Giachino à Chapareillan redonnent leur lettre de noblesse aux cépages autochtones tout en respectant leur environnement et œuvrent au quotidien pour élever des vins de grande qualité.

Un terroir riche aux saveurs multiples
À la différence d’autres régions immédiatement identifiables grâce à leurs produits locaux et leurs spécialités culinaires, le Grésivaudan, par la variété et l’abondance de son terroir, est, de prime abord, plus complexe à  cerner… C’est ce qui en fait toute sa richesse ! De tout temps considérée comme un axe important de circulation des marchandises entre Savoie et Dauphiné, la vallée du Grésivaudan profite des multiples savoir-faire de tous les agriculteurs, éleveurs, producteurs, artisans des métiers de bouche et restaurateurs qui ont fait le choix de s’y établir. Même si certain produit, comme la noix, demeure emblématique, la force du terroir du Grésivaudan réside dans sa diversité. Fruits, légumes, safran, truffes, viandes, fromages, céréales, miels, glaces, escargots, bières, pains, vins, liqueurs sont autant de produits qui emplissent les étals des marchés de la vallée et ravissent les pupilles et les papilles des fines gueules locales.

La tendance des circuits courts
La malbouffe n’est pas de ce pays. Tout est à portée de main pour se faire plaisir avec un panier composé quasi exclusivement de victuailles made in Grésivaudan. Il suffit, au petit matin, de constater l’affluence sur les marchés pour comprendre que le « consommer local » et la culture du « bien manger » sont une réalité en terre de Grésivaudan. Entre Amap (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), vente directe ou encore magasins de producteurs, les amateurs de bonne chère n’ont que l’embarras du choix pour déguster le meilleur de leur terroir tout en privilégiant les relations humaines. Une alimentation incarnée par de vraies femmes et de vrais hommes qui donnent de leur personne pour défendre une certaine idée de la gastronomie et du terroir. Les chefs aussi s’inscrivent dans cette démarche du circuit court et ceux qui cuisinent « frais et de saison » trouvent dans cette corne d’abondance une source inépuisable d’inspiration.  Ils savent trop bien que le goût d’un plat dépend avant tout de la qualité intrinsèque de chaque ingrédient.

Voici l’appétissant tableau du Grésivaudan, vallée aux mille et une saveurs, gardienne de tant de secrets culinaires, prête à se dévoiler à qui sait prendre le temps de la découvrir.


Quelques artisans à découvrir dans le Grésivaudan

Caresse et Caline - Anne Sophie Cosson

Anne-Sophie Cosson, de la vache à la glace
Anne Sophie Cosson a eu une révélation en découvrant l’agriculture de moyenne montagne. « Fille d’agriculteurs normands évoluant dans un modèle d’exploitation laitière intensive, je ne me sentais pas la vocation d’être agricultrice dans ce contexte là »  soulève Anne Sophie Cosson qui préfère jouer la carte du bio dans sa ferme des délices de Belledonne à Revel. Ses glaces portent le nom de ses deux fidèles partenaires, Caresse et Câline, deux vaches qu’elle a rapatrié de l’île de Jersey et qu’elle a spécialement choisi pour la qualité de leur lait deux fois plus crémeux qu’une vache lambda. « Nos glaces et sorbets bio sont fabriqués sur place uniquement avec le lait de nos vaches et les fruits de notre verger. » Avec 60 % de fruits dans la composition des sorbets, les saveurs explosent en bouche et on a réellement l’impression de croquer le fruit… C’est sûr, Anne Sophie a tout bon.
Les Mergers, 38420 Revel
glaces-caresse-et-caline.fr

 

 

Thomas Finot

Thomas Finot, la fine grappe du Grésivaudan
Ses mains parlent pour lui. Thomas Finot, viticulteur talentueux de cinq hectares de vignes en biodynamie entre Bernin et Saint Ismier, ne se ménage pas et travaille dur. Depuis 2007, il fait partie de la poignée de vignerons locaux ayant redoré le blason des vins du Grésivaudan en faisant le pari de la qualité et la part belle aux cépages autochtones. En partie grâce à lui, Étraire de la Dhuy, Persan et Verdesse retrouvent fièrement le chemin des tables locales pour le plus grand plaisir des gourmets. Lauréat de plusieurs médailles aux concours des vins de l’Isère, Thomas Finot, vigneron éco-responsable poursuit son travail avec professionnalisme, rigueur, humilité et joue les ambassadeurs des vins du Grésivaudan jusque dans la bande dessinée « Frères de terroirs », BD imaginée par le célèbre, et non moins médiatique, cuisinier Yves Camdeborde… Top Vigneron !
Route nationale 90, cidex 5, , 38190 Bernin
domaine-finot.com

 

 

yann bressonYann Bresson, don’t worry, be api !
Avant de dompter les 5 millions d’abeilles de ses 250 ruches, Yann Bresson a vécu une première carrière de restaurateur pendant plus de 20 ans, aux commandes de différents établissements en France et à Londres. Sa passion pour l’apiculture a eu raison de lui. C’est en 2009 qu’il crée l’arbre à miel en s’inscrivant dans une démarche conciliant respect de l’environnement et qualité des produits. « J’ai décidé de me remettre aux fourneaux, pour cette fois-ci, créer mes propres recettes et proposer une gamme de produits gourmands » explique Yann Bresson, avec un large sourire  et un regard plein de malice. Désormais, son arbre à miel regorge de douceurs plus savoureuses les unes que les autres :  miels de printemps, de montagne, de forêt, nougats, pain d’épices ou à découvrir sans plus attendre, sa création « les Lanceyennes au miel de Belledonne», petits bonbons fourrés au miel élevés au rang de spécialité et de fierté locale.
L’arbre à miel, 16 rue Auguste Bois, 38190 Lancey
arbre-a-miel.com

 

usseglio - escargots de chartreuseBlandine et Jean-Pierre Usseglio, la passion de l’escargot
Lorsque Jean Pierre Usseglio décide en 1996 de se lancer dans l’escargot, il ne se doute pas qu’une vingtaine d’années plus tard il élèverait quelque 300 000 gros gris. C’est à Bellecombe, sur les hauteurs de Chapareillan, que le couple a installé ses parcs à escargots. « Nous aimons faire des randonnées, être proche de la nature et quand nous avons découvert qu’il existait une école hélicicole, pas très loin de chez nous, à la Motte Servolex, nous nous sommes dit… pourquoi pas l’escargot ! » se souvient Blandine Usseglio, un pot d’escargotine dans les mains. Tout est fait sur place, élevage et transformation des escargots. Surgelés ou mis en conserves, les escargots, prêts à consommer, trouvent ensuite leur place sur les étals des marchés et des magasins de producteurs des environs ou sont vendus directement sur l’exploitation.
L’Escargot De Chartreuse, Bellecombe Chemin Des Fours, 38530 Chapareillan
escargotdechartreuse.com

 

 

yves jean - château BayardYves Jean, le vin sans peur et sans reproche
Du château Bayard, le panorama sur la vallée du Grésivaudan est à couper le souffle. Ancienne demeure du célèbre chevalier Bayard, la propriété appartient aujourd’hui à Yves Jean, un passionné de vin. C’est en 2006, après avoir réalisé de nombreux travaux sur la bâtisse qu’Yves Jean décide, avec son jeune et talentueux associé vigneron Jean Michel Reymond, de replanter un hectare de vignes, un tiers en blanc (cépage Malvoisie) et deux tiers en rouge (cépage Persan). « Le vin est une veille histoire qui a démarré lorsque j’étais à l’armée avec un copain Bourguignon qui m’a fait découvrir le bonheur de marier le vin avec la nourriture. » explique Yves Jean plein d’enthousiasme. L’histoire est belle et ne fait que commencer puisque les deux complices, forts du succès de leurs vins IGP Coteaux du Grésivaudan, ont récemment replanté un demi hectare de Malvoisie.
Château Bayard, route de Bayard, 38530 Pontcharra
chevalier-bayard.com

 

 

fabrice muzetFabrice Muzet, l’ami du pain
Le samedi matin, sur le marché du Touvet, le stand de boulange de Fabrice Muzet est immédiatement repérable à la longue file des adeptes de ses pains et brioches bio aux saveurs et parfums authentiques. Avec son regard bienveillant un tantinet charmeur et sa bonne nature, Fabrice Muzet n’a pas son pareil pour glisser un mot sympathique à chacune de ses clientes. Dans son fournil de Saint Vincent de Mercuze, il pétrit et façonne plus de vingt recettes de pains différents, toutes plus goûteuses les unes que les autres. Durant de nombreuses années, il est intervenu dans les écoles pour transmettre la beauté des gestes de son métier et surtout l’amour du bon pain. Aujourd’hui, c’est son épouse Laurence qui se lance, à ses côtés, dans l’aventure en proposant une gamme variée et exquise de pains sans gluten sous l’enseigne le pain des autres… Cela mérite bien une couronne !
38660 Saint Vincent de Mercuze
la-fluteenchantee.fr

 

Plus d’informations :
Office de Tourisme du Grésivaudan
21 rue Laurent Gayet
38530 Pontcharra
+33 (0)4 76 97 68 08
gresivaudan-tourisme.com

_____________________________________________________________________
Textes : Jérôme Burdet



Photos : ©Jour J – S.Mourier – PF. Couderc – JM.Blache

Cet article vous a plu…
partagez-le
et abonnez vous gratuitement au magazine Exquis en renseignant votre mail ici