Jérôme Burdet

Mangeur de fromages, qui es-tu ?

Mangeur de fromages, qui es-tu ?
Réduire la taille de la police Augmenter la taille de la police Taille du texte Imprimer cette page

Tout sur le profil type du mangeur de fromages en France et dans le monde

Le mangeur de fromages, qui, quand, comment ?

Qui est le mangeur de fromage ?
Il n’y a pas de profil type de consommateur de fromage. Plus de 8 Français sur 10 consomment du fromage au moins une fois par semaine, et 1 Français sur 2 en consomme très régulièrement. Selon l’étude réalisée par l’IFOP pour le CNIEL en décembre 2015, le mangeur de fromage est aussi bien un homme qu’une femme. Il aurait plus souvent entre 35 et 64 ans la fréquence de consommation du fromage augmentant au cours de la vie et particulièrement après 50 ans.

Pourquoi le fromage est-il tant aimé ?
Avec une côte d’amour de 4,2 sur 6 le fromage est apprécié pour son ancrage culturel, sa capacité à être présent dans la cuisine de tous les jours et la diversité des produits qui offrent une palette de goûts inégalés … Il apporte une dimension plaisir dans l’alimentation, tout en étant bénéfique à la santé. De plus, il est considéré comme un aliment pratique et facile à utiliser au quotidien.

Connait-on bien les fromages ?
Un Français connaît, en moyenne et en spontané, 6,4 fromages. Cette connaissance se construit avec l’âge : entre 65-70 ans, 8 sont cités contre 5,6 chez les 15-24 ans. Cette expertise est plus marquée chez les femmes. Le fromage, le plus connu, est de loin le camembert. Il est suivi par le gruyère, le brie, les chèvres, le roquefort ou encore le comté. 68% savent que l’AOP correspond à l’origine régionale. De manière générale, les fromages sont classés en 3 groupes :

  • les « authentiques » pour les connaisseurs : comté, maroilles, cantal, tomme de Savoie, morbier, munster, brebis basque, bleus, roquefort, reblochon…
  • les « accessibles » pour la famille : édam, gouda, mimolette, fromage ovale, fromage fondu, fromage frais, emmental…
  • et les « à cuisiner » pour tous : raclette, féta, mozzarella, emmental râpé, parmesan…

Comment est-il consommé ?
Si 90% des français le mangent tel que, en fin de repas le plus souvent et 94% l’utilisent en tant qu’ingrédient culinaire, 41% le consomment en grignotage et 35% même à l’apéritif.

Un acte de consommation sur deux du fromage a lieu à la fin du repas, la consommation en plateau reste importante quel que soit l’âge. 73% des Français composent un plateau, tandis que 47% posent le fromage dans son emballage sur la table, en fin de repas.

Côté cuisine, le fromage est très utilisé en plat chaud (87% des Français le font) ou froid (78%), dans un plat avec du pain (55%), en plat principal, ou rajouté directement à l’assiette. Là encore, l’âge a une influence sur l’usage. Sa dégustation via des plats composés a augmenté de 25% en 3 ans. La forme des fromages a également évolué vers plus de praticité : place au fromage en tranches, en dés, en lamelles…

Les moins de 34 ans ont tendance à le consommer de manière moins traditionnelle : snacking, grignotage, apéritif… Par essence le fromage est un produit de partage qu’ils aiment offrir comme on offre un bouquet de fleurs lorsque l’on est invité ou encore qu’ils aiment retrouver lors des apéritifs dinatoires, after-work entre collègues, ou dans la street food (foods trucks, chariots, triporteurs…) au travers de burgers, de bagels, de paninis, de tartines…

La manière de consommer est donc très générationnelle. Les études du Crédoc font ressortir des comportements de consommation alimentaire déterminés. Aujourd’hui, les plus jeunes sont davantage tournés vers des produits mondialisés et modernes, alors que les plus âgés demeurent dans le modèle plus traditionnel en consommant des produits plus bruts et moins transformés. Chez les plus jeunes en France, le plateau de fromages à la fin du repas représente moins de 60% de leur consommation de fromage alors qu’elle atteint plus de 70% chez les 36-59 ans et plus de 80% chez les 60 ans et plus.

Si ces nouveaux comportements sont perçus comme un défi, ils sont aussi une opportunité d’innovation pour les fromagers et les laiteries. En effet, le fromage fait partie, avec les fruits et les yaourts et fromages blancs, du top 3 des produits les plus souvent consommés en dehors des repas.

Les cheese moments
La consommation de fromage de la veille se concentre sur le dîner et sur le déjeuner dans une moindre mesure.

Où préfère-t’on l’acheter ?
Les rayons libre-service (99,8%) et coupe (48,4%) des hypermarchés, supermarchés et superettes sont de loin les lieux les plus plébiscités pour l’achat du fromage. 13,3% l’achètent au marché, 17% dans un commerce traditionnel (6% chez le fromager), 4,4% chez les petits producteurs à la ferme.

Et dans le monde, où mange-t’on du fromage ?
Dans le monde entier, le fromage est consommé mais avec des niveaux variables d’un pays à l’autre. Les Australiens sont les plus consommateurs de fromages suivis par les Brésiliens, les Indiens et les habitants du Moyen-Orient.

Et comment est-il consommé notre french cheese ?
Les moments de consommation diffèrent selon les habitudes alimentaires des pays avec une consommation « à la Française » en fin de repas marginale. Dans la plupart des pays, le fromage est consommé au petit déjeuner ou en snacking et relativement peu au déjeuner ou au dîner sauf en Australie. C’est USA que l’on consomme le plus de fromage Français, puis au Moyen-Orient, en Chine et au Brésil.

Quelle image ont-ils ?
En Asie, le fromage est fortement associé à la santé, à la croissance et au goût, alors qu’au Brésil, en Russie et en Australie, ce sont la grande variété de l’offre et l’adaptation au snacking qui dominent. Aux USA, les fromages apparaissent adaptés aux sandwiches, sont à consommer à tout moment et associés au bon goût.

Les fromages Français évoquent spontanément le bon goût et la variété des saveurs. Ils sont considérés comme des produits de qualité, d’excellence du goût que tous jugent prononcé et au caractère affirmé. Ils sont très appréciés aux USA, en Chine et en Russie avant l’embargo. On les réserve souvent pour les grandes occasions. Ils sont moins adaptés aux usages familiaux, quotidiens et en cuisine.

Connaissent-ils bien nos fromages ?
La connaissance est meilleure aux USA, en Russie et en Australie qu’en Asie. Au Brésil, aux USA et en Russie, les consommateurs sont capables de citer spontanément au moins 2 fromages français, un peu moins en Australie. En Asie et au Moyen-Orient seulement un fromage est cité. Dans presque tous les pays, le brie, le camembert et le roquefort sont les fromages français les plus connus.

Selon les études CNIEL, Zoom comportement des consommateurs – Juillet 2015 et Etude IFOP – Décembre 2015

_____________________________________________________________________
Texte : Eddy Arnaud
Photos : ©DR

Cet article vous a plu…
partagez-le
et abonnez vous gratuitement au magazine Exquis en renseignant votre mail ici